Biographie de Scorpions

Dans les années 60, à Hanovre, en Allemagne, le jeune Rudolf Schenker demande à son père de lui offrir une mobylette pour aller zoner avec ses potes. Le paternel, craignant que son fiston ait un accident en roulant comme un fou, préfère lui offrir à la place une guitare électrique. Il ne le savait pas encore, mais son cadeau fut l’événement déclencheur d’une extraordinaire histoire pour la musique heavy-metal : l’histoire du groupe Scorpions.

Les chapitres

  1. Des Destins se Mêlent
  2. La Naissance (et la Mort) de Scorpions
  3. L’Ère Uli Roth
  4. L’Âge d’Or
  5. La Consécration Mondiale
  6. Les Scorpions Perdent Pied...
  7. Retour aux Sources

I. Des Destins se Mêlent

●- Avant 1971 : Mordu de rock à force d’écouter les disques amenés en Allemagne par les G.I.s américains, Rudolf finit par monter son groupe de rock avec des potes de son lycée, qu’il baptise The Scorpions. Il a choisi ce nom car il peut être compris dans plusieurs langues. Comme tous les gamins qui rêvent d’être des vedettes du sport ou de la chanson, ou de ressembler à leurs héros quels qu’ils soient, Rudolf se voit rock star internationale. Ce qui, à l’époque en Allemagne, était impossible ; ce privilège était réservé aux Anglo-Saxons exclusivement. Une “rock star allemande” ? Mais tout le monde riait de celui qui pouvait alors avancer une idée aussi saugrenue.
Rudolf est alors guitariste du groupe, et il en partage le chant avec le batteur Wolfgang Dziony. The Scorpions écume alors les bars et salles d’Hanovre pour se tailler un nom et devenir la gloire locale, en jouant un rock dur, dans la lignée de ce que faisait à l’époque des groupes comme The Who. Malheureusement pour eux, ils sont concurrencés par un autre groupe de lycéens répondant au nom psychédélique de Mushroom (à moins que le nom ne fasse référence à ceux que l’on cueille dans la forêt ; mushroom = champignon). Ce concurrent de Rudolf est notamment porté par la voix d’un chanteur charismatique, au point que les spectateurs n’hésitent pas à le comparer aux chanteurs anglais. Le meilleur compliment qu’on pouvait faire à un chanteur allemand dans ces années-là. Ce chanteur n’était autre qu’un certain Klaus Meine.

De cette rivalité naît alors une profonde amitié entre Rudolf et Klaus. Le chanteur doit dissoudre son groupe lorsque le temps arrive pour lui d’effectuer son service militaire. Au même moment, Michael le jeune frère de Rudolf veut imiter son frère et le harcèle pour qu’il lui apprenne à jouer de la guitare lui aussi. Très vite, on va se rendre compte que le gamin est extraordinairement doué et a un feeling certain pour l’instrument. Si Rudolf préfère la rythmique, Michael est plutôt orienté solos. Rudolf ne voulant pas encore jouer avec son frangin, il le propose à Klaus pour le groupe qu’il vient de former en revenant de l’armée : Copernicus.
Comme ni Rudolf ni Klaus n’ont jamais montré de grands talents dans les études ni dans l’apprentissage d’un métier, ils décident de devenir des musiciens professionnels. Le Destin avait voulu qu’ils se rencontrent et s’apprécient. Ce qui devait arriver finit donc par arriver : les deux rockers décident de fusionner leurs groupes en un seul nouveau groupe, professionnel, pour se lancer à l’assaut de la célébrité. C’est ainsi que naît Scorpions.

Chapitre suivant (La Naissance (et la Mort) de Scorpions)